• Gilles Tarabiscuité



PROJET n°5

Les chiens — Simplicissimus.




PROJET n°4

Anlitz der Zeit (Visage du temps)
Élaboration d'un environnement factice dans lequel le sujet partage une manière de vivre avec la nature qui résume, en apparence, l'esprit de la Réserve de la biosphère du mont Saint-Hilaire.


Description détaillée du projet

« À partir du moment où la photographie n’est plus définie « absolument », dans son principe « originel », comme une captation du réel, à partir du moment où son identité ne tient plus à sa nature de simple « prélèvement » d’un éclat du monde, mais à quelque chose qui fait d’elle une représentation qui peut ne pas correspondre à une chose réelle, c’est-à-dire qui peut (ce n’est qu’une possibilité, pas une nécessité) avoir été inventée (en tout ou en partie) par une machine à image, alors comment peut-on penser cette image-là ? Comment penser l’image dès lors que le supposé réel qu’elle représente n’est plus donné nécessairement comme une trace de « ce qui a été » ? »

Philippe DUBOIS : De l’image-trace à l’image-fiction, Le mouvement des théories de la photographie de 1980 à nos jours. Études photographiques No 34 Printemps 2016.


PROJET n°3

Personnage figé dans une atmosphère d'incommunicabilité, empreint de mélancolie et semblant attendre quelque chose qui enfin briserait la solitude de son âme.




PROJET n°2

Visions frontales et froides avec point de vue orthogonal supposé éliminer toute déformation et photographiées à partir de points de vue différents puis assemblées ensuite en studio.




PROJET n°1

Vertébrés tétrapodes ailés munis d'écailles cornées et de plumes, d'une mâchoire sans dents enveloppée d'un étui corné formant un bec.


À propos

Gilles Tarabiscuité

Historien de l'art de formation (doctorat sur les cabinets de curiosités et l'histoire des collections aux XVIe et XVIIe siècles), Tarabiscuité a travaillé plusieurs années dans le monde de l'art contemporain (Centre International d'Art Contemporain de Montréal, Galerie du Centre à Saint-Lambert, galerie Simon Blais). Ses photographies se sont méritées plusieurs prix (Tokyo International Foto Awards 2017, Monochrome Awards 2017, Concours PHOTO Magazine 2017, etc.). Gilles Tarabiscuité vit et travaille à Montréal. Il enseigne au Cégep Marie-Victorin le multimédia et la photographie au département de graphisme.



Démarche



Gilles Tarabiscuité s'intéresse au processus de production et de fabrication d'une image photographique. Ses expositions consistent en une série de photographies représentant les différentes étapes de fabrication d'une image-fiction. Son travail se situe à la frontière de plusieurs tendances majeures de l'histoire de la photographie : d'une part il pratique l'enregistrement factuel du réel (photographie documentaire se rapprochant de la Straight Photography et de la Neue Sachlichkeit) qu'il met par la suite en scène dans une image composite (image-fiction) mais dont le résultat demeure toujours ancré dans le réel, tentant ainsi d'imiter la photographie pure.


En bref, Tarabiscuité détourne des éléments photographiques dits objectifs pour un résultat tarabiscoté, mais visuellement plausible en tant que captation du réel dans le but de recréer une image qui pourra être perçue comme une « trace de ce qui a été ».


Pour s'assurer de la réussite de l'effet recherché, Tarabiscuité teste ses photos dans des cercles traditionnels d'évaluation de photographies. Il inscrit ses photos à des concours de photographies conventionnels et les teste également sur quelques communautés de photographes en ligne (500px, Behance, Viewbug, Facebook). Une fois conforté par l'effet recherché, il sélectionne les photographies qui lui semblent dignes d'intérêt et les fait imprimer grand format dans une série de six exemplaires.


 

 

GILLES TARABISCUITÉ

 



Contact

Gilles Tarabiscuité