• Gilles Tarabiscuité

PROJET n°4

Anlitz der Zeit
Élaboration d'un environnement factice dans lequel le sujet partage une manière de vivre avec la nature qui résume, en apparence, l'esprit de la Réserve de la biosphère du mont Saint-Hilaire.


2018

Vieil homme dans un champ (Mont St-Hilaire)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

instant décisif

2018

Instant décisif

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

Instant décisif

2018

Antlitz der Zeit n°94

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 42" (109 X 163cm)

Instant décisif

2018

Antlitz der Zeit n°02

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 42" (109 X 163cm)

Instant décisif

2018

Antlitz der Zeit n°22

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 42" (109 X 163cm)

Instant décisif

2018

Antlitz der Zeit n°84

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 42" (109 X 163cm)

Instant décisif

2018

Antlitz der Zeit n°73

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 42" (109 X 163cm)

Instant décisif

2018

Antlitz der Zeit n°68

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 42" (109 X 163cm)



« À partir du moment où la photographie n’est plus définie « absolument », dans son principe « originel », comme une captation du réel, à partir du moment où son identité ne tient plus à sa nature de simple « prélèvement » d’un éclat du monde, mais à quelque chose qui fait d’elle une représentation qui peut ne pas correspondre à une chose réelle, c’est-à-dire qui peut (ce n’est qu’une possibilité, pas une nécessité) avoir été inventée (en tout ou en partie) par une machine à image, alors comment peut-on penser cette image-là ? Comment penser l’image dès lors que le supposé réel qu’elle représente n’est plus donné nécessairement comme une trace de « ce qui a été » ? »

Philippe DUBOIS : De l’image-trace à l’image-fiction, Le mouvement des théories de la photographie de 1980 à nos jours. Études photographiques No 34 Printemps 2016.

PROJET n°3

Personnages figés dans une atmosphère d'incommunicabilité, empreints de mélancolie et semblant attendre quelque chose qui enfin briserait la solitude de leur âme.


Young girl in a covered-snow field (Rawdon)

2018

Jeune fille dans un pré couvert de neige (Val-David)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

Young girl in a covered-snow field (Rawdon)

2017

Jeune fille dans un champ couvert de neige (Rawdon)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

Young girl in a covered-snow field (Rawdon)

2017

Jeune fille dans un champ couvert de neige II (Rawdon)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

2017

Chien et grange (Mirabel)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

2017

Chien et voiture (Rawdon)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)



PROJET n°2

Visions frontales et froides avec point de vue orthogonal supposé éliminer toute déformation et photographiées à partir de points de vue différents puis assemblées ensuite en studio.


2014

Maison blanche avec clôture et gazon (San Antonio, TX)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

2016

Maison verte avec buisson et herbe (San Antonio, TX)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

2016

Grey house with cactus and grass (San Antonio, TX)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)



PROJET n°1

Vertébrés tétrapodes ailés munis d'écailles cornées et de plumes, d'une mâchoire sans dents enveloppée d'un étui corné formant un bec.


2016

Ring-billed gull (Larus delawarensis) and museum

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

2016

Ring-billed gull and Ottawa River (Montebello)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

2016

Ring-billed gull and cruise ship (Quebec city)

Tirage limité (six)
Jet d'encre sur film polypropylène
42" x 64" (109 X 163cm)

À propos

Gilles Tarabiscuité

Parcours académique



Historien de l'art de formation, (scolarité de doctorat en histoire de l’art de l’université McGill) Tarabiscuité a travaillé plusieurs années sur l’histoire des collections aux XVIe et XVIIe siècles et, plus précisément, sur les cabinets de curiosités. Diplômé de l’université de Montréal (Maîtrise en science politique – 1991, Mineure en histoire de l’art – 1993) de l’université McGill (B.A. science politique – 1988) de l’ Albert-Ludwigs-Universität à Freiburg en Allemagne (récipiendaire d’une bourse du D.A.A.D. en langue et civilisation allemande – 1986), de l’université Laval de Québec (Mineure en langue allemande – 1985) et de la Ruprecht-Karls-Universität à Heidelberg en Allemagne (Germanistik – 1984).



Démarche



Depuis plusieurs années, Tarabiscuité effectue un travail d'expérimentation et d'exploration essentiellement technique en photographie. D'une part en lien avec la photographie : expérimentation de différents genres photographiques : portrait, paysage, architecture, photographie animalière, traînées d'étoiles, photographie sous-marine, etc.


Parallèment, Tarabiscuité enseigne dans un département de graphisme des cours de photographie, de Photoshop, de Lightroom, d'Animate, d'After Effects et de web (html, css). La retouche d'images et le photomontage constituent donc également une part importante de cette exploration en photographie.


Tarabiscuité utilise la photographie comme art d'interprétation, de reconstitution. Son objectif n'est pas de rendre la réalité en apparence objective dont se targuent ceux qui défendent une conception de la photographie comme miroir du réel (image-trace). Non. Tarabiscuité détourne des éléments photographiques dits objectifs (photographie documentaire et street photography) pour un résultat tarabiscoté, esthétiquement léché. Il opte pour les photographies qui ne ressemblent pas à la façon dont les photographies sont supposées être. Il essaie de composer des images à l'apparence réaliste mais comportant de mineures modifications ou ajouts se traduisant par une atypie légèrement déroutante. Ses photos doivent avoir l'air "vraies" tout en comportant quelque chose qui cloche, qu'elles soient à la fois réelles et fictionnelles.


Pour s'assurer de la réussite de l'effet recherché, Tarabiscuité teste ses photos dans des cercles traditionnels d'évaluation de photographies. Il inscrit ses photos à des concours de photographies conventionnels et les teste également sur quelques communautés de photographes en ligne (500px, Behance, Viewbug, Facebook). Une fois conforté par l'effet recherché, il sélectionne les photographies qui lui semblent dignes d'intérêt et les fait imprimer grand format dans une série de six exemplaires.


Ses photos ne sont pas orientées autour d'un thème en particulier, il n'y a pas de fil conducteur apparent si ce n'est la théâtralité, l'image performée, la mise en scène. Tarabiscuité ne se gêne pas pour effectuer des collages. Plusieurs de ses photos sont composées de différentes images, toutes prises par lui, ajustées dans Lightroom et Capture One, assemblées et retouchées dans Photoshop.


Sur le plan formel, Tarbiscuité essaie d'atteindre le maximum de qualité tant au niveau de la prise de vue que de la retouche d'images. Il s'inspire des procédés de retouches d'image en photographie publicitaire ainsi que dans les matte painting au cinéma.


Préoccupé par l'histoire de la photographie, Tarabiscuité construit ses projets en amalgamant photographie documentaire (August Sander, école de Düsseldorf) et photographie mise en scène tout en utilisant intensément la couleur (coloristes américains des années 70).


Tarabiscuité établit des liens entre son travail et le principe holographique en physique, le concept de vérisimilitude, la question du vrai et du faux et l'attrait pour l'étrange, le bizarre chez les curieux, ces collectionneurs des xvie et xviie siècles. Ses photographies questionnent et oscillent entre les théories de l'image-trace et de l'image-fiction.

 

 

GILLES TARABISCUITÉ

 



Contact

Gilles Tarabiscuité